top of page

Édito : « Le soutien massif des Français à nos agriculteurs n’est pas un hasard et en dit long sur l’état de notre société. » [Mars 2024]



Ce début d’année 2024 a été marquée par la mobilisation de nos agriculteurs. Partout en France, ceux qui nous nourrissent ont multiplié les actions pour ne demander qu’une seule chose : des solutions concrètes pour enfin vivre dignement de leur métier ! Dès les premiers instants, j’ai soutenu sans retenue ce mouvement : nos agriculteurs ont besoin de la reconnaissance de la Nation, il en va de notre souveraineté alimentaire !

 

Pourtant, cela fait des années que nos agriculteurs alertent les pouvoirs publics. Rémunérations insuffisantes, non-respect des lois EGALIM, hausse des taxes sur le carburant, retards de versement de certaines aides de l’État, accumulation des normes et des contrôles, surtransposition et formalisme excessif de l’administration française : ils sont aujourd’hui bien trop nombreux à ne plus s’en sortir.

 

À cela s’ajoute une stigmatisation incessante et intolérable de la profession par une poignée d’idéologues déconnectés de la réalité. Le rapport des magistrats de la Cour des comptes du mois de mai dernier dans lequel ils recommandent de réduire l’élevage pour lutter contre le réchauffement climatique en est la triste illustration…

 

J’ai eu l’occasion le 27 février de m’exprimer au perchoir de l’Assemblée nationale et de détailler au nom du groupe Les Républicains les propositions que nous portons pour que l'agriculture, dont nous faisons une priorité nationale, puisse rester prospère, souveraine, durable, et regagner son rang dans la compétition mondiale. (Voir la vidéo)

 

Ce cri du cœur de nos agriculteurs a trouvé un écho puissant dans tout le pays : au plus fort des mobilisations, une sondage indiquait que près de 9 Français sur 10 les soutenaient. Ce soutien massif des Français à nos agriculteurs n’est pas un hasard et en dit long sur l’état de notre société.

 

Le « ras-le-bol » qu’ont témoigné nos agriculteurs est partagé par un très grand nombre. Comme eux, une grande partie des Français aspire à pouvoir vivre dignement de leur travail, et comme eux, ils n’acceptent plus de subir au quotidien les excès de l’administration Française.

 

Quels que soient les domaines d’activités, la France est en voie de soviétisation. Au fil du temps, des dizaines de structures intermédiaires se sont développées qui, aujourd’hui, asphyxient le pays. Je pense par exemple aux 1244 établissements publics de l'État. Cette lourdeur administrative ralentit tout le monde, tant les professionnels que les particuliers. Chacun s'en rend compte dans sa vie de tous les jours… Et on s'y est habitués, comme si c'était une fatalité.

 

Ne nous résignons pas ! Nous sommes en droit d'exiger une administration qui réponde au téléphone et aux mails, qui ne demande pas des justificatifs qu'elle a déjà, qui traite les dossiers dans des temps raisonnables ! C’est une condition indispensable du retour de la confiance et de l’envie d’entreprendre dans le pays !

Comments


bottom of page