top of page

Le droit à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) inscrit dans notre Constitution

Le 4 mars dernier, les députés et sénateurs réunis en congrès à Versailles ont très largement voté en faveur de l’inscription dans notre Constitution de la liberté pour les femmes de recourir à l’IVG, avec 780 voix pour sur 852 exprimés.



Partout dans le monde, les droits des femmes sont attaqués. C’est le cas notamment aux Etats-Unis, mais cette menace de régressions dans les droits des femmes, à commencer par celui de la liberté à disposer de leur corps, existe également au sein même de l’Union Européenne. Nous voyons également combien la montée des intégrismes religieux, des régimes autoritaires et illibéraux, porteurs d’une image passéiste de la femme, menace ces droits.


Même si cette menace semble aujourd’hui lointaine dans notre pays, personne ne peut affirmer que la France est définitivement à l’abri de ces atteintes aux droits des femmes.


C’est la raison pour laquelle j’ai voté en faveur de cette inscription de l’IVG dans notre Constitution. Cette décision s’inscrit dans la droite lignée de l’héritage de Simone Veil et de l’esprit de sa loi de 1975.

Comments


bottom of page